Warm up du printemps : du 24 au 26 septembre 2021


Partie intégrante du Printemps des Comédiens, Warm Up ouvre une fenêtre sur le travail en cours de compagnies (du territoire, pour la plupart), leur faisant bénéficier de la visibilité et de la renommée du festival montpelliérain.

Depuis quatre ans, ce «festival dans le festival» a contribué à déplacer et redéployer la cartographie des lieux du Printemps des Comédiens, irriguant le centre ville, d’abord des ateliers d’artistes et des fabriques, puis en s’adjoignant les forces vives de nouveaux partenaires culturels, tels le Hangar Théâtre, le théâtre de la Vignette, le Théâtre des 13 vents, ou encore le Kiasma à Castelnau et le Théâtre Jacques Cœur à Lattes.

Pour cette nouvelle édition, Warm Up étend ses partenariats à l’échelle du Sud de la France avec un projet soutenu en collaboration avec le ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie et un autre de concert avec actOral Marseille.


LA SALLE D'ATTENTE
Spectacle à effets spéciaux intemporels

Sarah Grandjean et Yragaël Gervais

Compagnie La station Magnétique

Tel le séjour d’une maison-témoin, la salle d’attente détient ici un statut ambigu, entre simulacre, décor et lieu de vie. Par un effet de mise en abîme, le spectateur qui y patiente joue le rôle titre, peu à peu projeté dans un univers dont il aurait perdu le contrôle. Le temps s’accélère. À l’image d’un Truman Show dans lequel nous déciderions de demeurer tous ensemble, pour espérer revivre nos plus beaux souvenirs de SF, La salle d’attente conjugue une réflexion sur les espaces narratifs et un propos sur l’illusion consentie pour inventer une pratique plastique qui hybride mécanismes fragiles, machineries élaborées, architectures informatiques complexes, imaginaires politiques et électronique autodidacte, le tout porté par une étrange narratrice-meneuse de jeu.

Vendredi 24 Septembre  / 19h30 & 20h15
Théâtre Jacques Cœur Lattes


LES TRIBULATIONS AMOUREUSES DE L'HOMME MOYEN

Jean-Marie Carrel
à part ça? & Scaphandre Prod 
Autofiction cousue de paroles, de musique, d’images et d’une écriture polyphonique, le duo est composé d’un acteur incarnant un homme se définissant lui-même comme «moyen», qui parle de sa vie sentimentale avec un cynisme léger, amusé, et d’un compositeur qui nourrit le récit d’une partition sonore et musicale en live sur fond de projections. Ni concert, ni conférence, ni two men show, à la lisière de tout, l’écriture sert un «faux» journal intime d’une année, une tranche de la vie d’un comédien parisien en mal de carrière et d’amour, au rythme des mois qui s’écoulent. L’univers sonore mêlé d’éléments narratifs reflète son «journal extime», 12 environnements de fond pour 12 mois de son journal intime, de même que la vidéo, comme une transcription visuelle de ses fantasmes, semblent sonder son état mental.

Vendredi 24 Septembre  / 21h
Théâtre Jacques Cœur Lattes


L’ENFANT ÊTRE À L’HAUTEUR

Collectif S.N.L.R –
Anaëlle et Audrey Houdart et Manon Petitpretz

L’Enfant, être à l’hauteur est une mise en son et lumière de l’enfance au travers d’un dispositif visuel et sonore, composée à partir du recueil L’Enfant écrit par Manon Petitpretz. L’Enfant réunit au plateau deux actrices et une compositrice sonore qui se saisissent du texte aux mots tordus, modifiés, inventés et ceux empruntés à Caramel, quatre ans, et Réglisse cinq ans. Le trio esquisse une partition de souvenirs, d’images, de mots et de sons, au travers desquels elles tentent de faire apparaître et vivre cet enfant sur scène. Pour cela, elles s’approprient des vidéos d’archives familiales et convoquent leurs propres souvenirs d’enfance. Ensemble, elles composent un récit audiovisuel et scénique dans lequel leurs corps d’adultes tentent de s’oublier pour laisser place à celui de l’enfant.

Samedi 25 Septembre / 16h
Théâtre Kiasma Castelnau-le-Lez


LA FUGUE

Texte et interprétation de Thibaut Prigent
Comment exister dans un système hiérarchique où le fonctionnement de domination et de promotion prime sur l’idée et le désir de cohésion sociale ? Pouvons-nous nous construire dans le culte du «meilleur», en constante compétition ? N’est-il pas injuste et infini ? Dans ce seul en scène effréné, Thibaut Prigent interprète avec humour et panache près de quinze personnages, parmi lesquels s’esquisse l’histoire d’un vendeur de cuisines, dont les valeurs et les rêves sont à la marge des stratégies marketing au goût du jour. Par un concours de circonstances malheureuses, il se retrouve transféré dans un centre de réhabilitation psychiatrique où il fait des rencontres importantes et mène une lutte dans laquelle il se reconnaît enfin, traversant l’expérience du partage, de l’amour et de l’entraide.

Samedi 25 Septembre / 17h
Théâtre Kiasma Castelnau-le-Lez

AUTOKÈN

Anne Corté
Dans une forme singulière de fragmentation de voix – nues, auto-tunées ou amplifiées, et de projections, Autokèn questionne la légitimité de la violence. De braquage en balle perdue, d’erreur de signalement en blessure et diversion, cette audio-reconstitution fictive de l’impact d’une balle policière rassemble et raconte différentes perceptions d’une même situation : celles des policiers, des témoins ou encore de Kurzweil, pape de l’Intelligence Artificielle. Un plan séquence au chevet du blessé, interprété et réalisé en direct, nous immerge dans le chaos de l’accident.

Dimanche 26 Septembre / 16h
Hangar Théâtre Montpellier


QU’IL FAIT BEAU CELA VOUS SUFFIT

Les entichés
Violette Tessut, conseillère principale d’éducation est nommée référente territoriale par le Ministère de l’Éducation Nationale dans le cadre d’une grande enquête de terrain en vue d’une réforme de l’éducation prioritaire. Elle est alors affectée dans un collège réputé difficile, au cœur d’une cité HLM. Très rapidement, elle se retrouve débordée et fait face à des élèves aux parcours scolaires abimés par leurs conditions de vie, en colère contre l’école et des familles qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Sa rencontre avec Aleksander, un élève de 3e, la bouleverse et la pousse dans ses retranchements.

« Qu’il fait beau cela vous suffit » nous plonge, sur un ton décalé, dans les méandres d’un établissement scolaire où violence et misère sociale sont le lot quotidien de celles et ceux qui tentent, malgré tout, de donner à voir des possibles.

Dimanche 26 Septembre / 17h
Hangar Théâtre Montpellier


Radio Warmup

Gabriel Monnet aurait 100 ans 

En présence et autour de Pascal Ory de l’Académie Française
Réalisation et modération Julien Bouffier
En présence de Gérard Liéber, Florence March, Jean-Claude Monnet, Michel Vinaver
et d’autres témoins de son parcours (sous réserve)
Musique live Jean-Christophe Sirven
Prise de son et régie technique Eric Guennou 
Dimanche 26 Septembre / 12h
Ensad/Maison Louis Jouvet 

Pass Warmup : tarif unique 5 € donnant accès aux 6 propositions.

Pour réserver vos billets :

  • Printemps des Comédiens au 04 67 63 66 76
  • Théâtre Jacques Cœur à Lattes au 04 99 52 95 00
  • Le Kiasma à Castelnau le lez au 04 67 14 19 06
  • A la dernière minute sur le lieu du spectacle dans la limite des places disponibles.