hommage à Robert Lucibello (1943-2020)


Robert Lucibello a été un acteur souvent présent sur les scènes de notre région.
Il a ainsi travaillé régulièrement avec les quatre premiers directeurs du Centre Dramatique National. Avec Jean Deschamps dans les années 70, par exemple dans Amphitryon de Molière ou dans Cyrano de Bergerac de Rostand.
Il a été très actif dans l’équipe des Tréteaux du Midi rassemblée autour de  Jacques Échantillon de 1975 à 1981, jouant dans Le Brise-lames d’A. Meffre, ou dans La Résistible ascension d’Arturo Ui de Brecht ou Faut pas payer de Dario Fo, et inventant des petites formes avec Gil Baladou.
Il est passé avec Jérôme Savary, de 1982 à 1986, de la grosse production Super Dupont au spectacle pour jeune public, Histoire du cochon qui voulait maigrir …
Lorsque Jacques Nichet dirige le Théâtre des Treize vents à Montpellier, de 1986 à 1997, il le distribue entre autres dans La Savetière prodigieuse de Lorca, dans Le Baladin du monde occidental de Synge, dans Sik-Sik et Le Haut de forme d’Eduardo de Filippo ou dans Domaine Ventre de Serge Valletti.
Et par la suite, lorsque Jacques Nichet prend la direction du Théâtre National de Toulouse, 1998-2007, il fait appel à lui pour Le Jour se lève, Léopold ! de Valletti, pour Mesure pour Mesure de Shakespeare ou pour Le Suicidé de Nicolaï Erdman .
Il a été dirigé par d’autres metteurs en scène,  Catherine Marnas, Bruno Boeglin, Toni Cafiero, Gilbert Rouvière. Le site lesarchivesduspectacle.net  dénombre 61 spectacles. Et il a tourné dans une dizaine de films.
Jean Lebeau qui a oeuvré avec lui à Béziers, à Montpellier et à Toulouse lui rend hommage.

Gérard Lieber

 

Elle est en forme la faucheuse ! Je viens d'apprendre le décès de Robert Lucibello qui fut un de ces grands comédiens, discret, presque anonyme mais si indispensable et inoubliable sur un plateau de théâtre. Totalement au service de l'œuvre à laquelle il participait, respectueux et amical avec chacun. Des dizaines de souvenirs me remontent en mémoire... Ils sont tous souriants ou drôles mais jamais tonitruants à l'image de Bob... Il a entre autre travaillé avec Jacques Nichet au Théâtre des Treize Vents, puis de nouveau avec Jacques Nichet au TNT à Toulouse où il retrouvera Jacques Echantillon sur le plateau, tous deux comédiens sous la direction de Jacques Nichet...
Il y aurait tant à dire sur le comédien, sur l'homme... La maladie l'avait immobilisé dans un village de l'Hérault, il fut donc privé de plateau. Nous savions qu'il ne rejouerait plus jamais, lui aussi sans doute, mais à chaque fois que ces amis l'appelaient, il leur disait son impatience de reprendre le "boulot". 
Adieu Bob, tu fus un grand... On t'aimait.
Jean Lebeau