illustration spectacle

Marcel Proust / Jean Bellorini / Théâtre Gérard Philipe, CDN Saint-Denis

un instant

un instant

2 et 3 juin

Hugo, Dostoïevski, Rabelais… Proust maintenant… Jean Bellorini n’a jamais eu peur d’entrer dans le Panthéon de la littérature pour y faire théâtre. Les plus impétueux torrents de mots - Les Misérables - les plus sonores cathédrales de phrases - Paroles gelées et Le Quart Livre - ne l’effraient pas. Dès lors comment aurait-il pu ne pas se confronter à Proust et à son œuvre à la recherche du temps perdu ? 

Bien sûr, ce qui surgit de cette boîte noire plantée sur la scène, ce n’est pas La Recherche, toute La Recherche, ses dizaines de personnages, ses intermittences du cœur, ses descriptions féroces des mœurs aristocratiques finissantes… 

Non : ici le récit mêle les tendres relations du narrateur avec sa mère et sa grand-mère aux souvenirs de la comédienne Hélène Patarot entre le Vietnam et la France. Surprenante digression dans l’univers proustien quand on songe que son auteur n’est jamais allé beaucoup plus loin qu’Illiers-Combray ? Hélène Patarot et Camille de La Guillonnière, confondants d’élégance, de justesse, savent garder l’essentiel : l’envoûtement de la labyrinthique phrase proustienne.

Galerie

Vidéo