illustration spectacle

Alain Béhar / Cie Quasi

la clairière du grand n’importe quoi

la clairière du grand n'importe quoi

31 mai, 1er et 2 juin

Les Vagabondes, le précédent opus d’Alain Béhar, arrêtait sa course en 2043. On ouvre La Clairière du grand n’importe quoi cette année-là. Une année où la planète ne s’est pas arrangée. Il pleut. Un déluge éternel. On a construit des digues pour sauver les banques. L’Afrique, immuable, continue sa migration. Partout les loufoques légers ou les dingues authentiques donnent de la voix. 

Ultime espoir et en tout cas dernier rendez-vous avant on ne sait quelle apocalypse : posée au milieu de nulle part, une arche de papier accueille cette humanité en capilotade. On y parle, on y délire, on y rit même. Le monde se délite ? Reste le monde selon Alain Béhar.

Accueilli en partenariat avec le Théâtre des 13 Vents, CDN de Montpellier

Galerie

Vidéo