illustration spectacle

Festival 1999

1999


  • "ChieNcrU"  

    de Linet Andréas, mise en scène Gulko, par la Cie Cahin-Caha

  • "Cirque Romanès"  

    Cirque tsigane, mise en scène Alexandre Bouglione, Cirque Romanès

  • "Lorenzaccio"  

    d’Alfred De Musset, mise en scène Benoît Lambert, par le Théâtre de la Tentative

  • "Les amours de Dom Perlimpin avec Bélise en son jardin"  

    de Federico Garcia Lorca, mise en scène Charlotte Foissey, par la Cie des Enfants perdus et Les Studios de l’Arlequin

  • "Faust"  

    de Goethe, mise en scène Yves Gourmelon et Gilbert Rouvière, par la Cie Théâtre au Présent et Zinc Théâtre

  • "Petits contes nègres"  

    mise en scène J.L. Courcoult, par le Royal de Luxe

  • "Les quatre Andalousies"  

    de Marc Loopuyt, avec le Groupe Suspiro des Moro

  • "La controverse de Valladolid"  

    texte de Jean-Claude Carrière, mise en scène Jacques Lassalle, avec Jacques Weber

  • "Esperanto"  

    par le Semola teatre

  • "Le grand cabaret de la peur"  

    conception et mise en scène Geneviève de Kermabon

  • "Odyssée 2000"  

    Faust d’après Goethe, Le cabaret du temps un music-hall théâtral, Les veaux de ville le vaudeville décliné de nos jours, Deux mille actions courtes en noir et blanc le théâtre dansé

  • "Richard III"  

    de William Shakespeare, adaptation de mise en scène Geneviève de Kermabon

  • "AL ANDALUS"  

    mise en scène Daniel Bedos (Maroc, Andalousie)

    15 000 spectateurs à Montpellier

    Spectacle déambulatoire composé et mis en espace par Daniel Bedos
    Collaboration artistique : Bernard Schnerb

    En l’an 1000, à Cordoue, se dessinait au Sud de l’Europe, une société dans laquelle intelligence et tolérance faisaient du modèle andalou un exemple. Juifs, musulmans et chrétiens mettaient en commun leur destin, leur culture, leur religion.

    L’homme et la femme panthère : Tradition orale berbère, qui relate les rencontres dans les montagnes de l’Atlas avec les panthères.
    Serpent et magicien : tradition islamique, Mohammed Kazbali exerce son art dans le cadre d’une confrérie spirituelle : les aïssaoui.
    Marionnettes à fils : La compagnie installée à Grenade nous raconte à l’aide de marionnettes de 1m de haut l’histoire d’Al Andalus sur une musique arabo-andalouse.
    Le dessin au Henné : Prêtez votre main ou vos pieds à cette ma’almât (maîtresse-artisan) de la tribu des Aït Said.
    La cérémonie du Thé à la menthe : la dégustation de pâtisseries marocaines et mille et une merveilles à acheter dans le bazar.
    Musique et danse Flamenco Ana la China : c’est le monde chrétien et musulman qu’Ana la China représente avec ses musiciens de Jerez.
    Musique et Danse : Aït Saïd, les musiciens de l’Atlas et la danse des cheveux. L’Atlas marocain est une montagne qui recèle des trésors exemplaires de l’humanité. Communiquer par la musique est un d’entre d’eux.
    Le violon-bidon, chanteur nomade : Azziz Benselem a fabriqué son violon a partir d’un bidon d’huile et de câble de frein de bicyclette, l’archet est constitué par les crins du cheval du voisin, la poésie et les figures mélodiques sont improvisées en fonction de l’auditoire il joue en plein air et sait former le cercle des spectateurs : c’est l’art de la Halqa.
    L’ensemble Naguila : le monde juif,  »Zakhor » chants et musique sacrés sefarades.
    Musique arabo-andalouse : les élèves d’Abdelkrim Raïs. La musique arabo-andalouse est celle que les arabes avaient développée dans les Cours de Cordoue, Séville, ou Grenade.
    Théâtre équestre : avec la présentation de Socrate, cheval Andalou, croisement du  »barbe » et du cheval d’Ibérie, monté par un jeune cavalier : Fares, étalon barbe typique et Baher, pur sang à robe grise ; figures et galops au son de l’Orchestre Aït Saïd