illustration spectacle

Festival 1998

1998


  • "Filao"  

    par Les Colporteurs

  • "Les marchands de gloire"  

    de Marcel Pagnol, mise en scène Michel Fagadau, avec Michel Galabru

  • "Tambours dans la nuit"  

    de Brecht, mise en scène Julien Bouffier, par la Cie Adesso E Sempre

  • "L'Opéra de Quat'sous"  

    de Brecht, mise en scène Jean-Claude Fall

  • "Le cercle de craie caucasien"  

    de Brecht, mise en scène Christophe Rauck, par la Cie Terrain vague

  • "Les fourberies de Scapin"  

    de Molière, mise en scène Benoît Lambert, par le Théâtre de la Tentative

  • "The Winter's Tale (conte d'hiver)"  

    de Shakespeare, par le Footsbarn Travelling Théâtre

  • "Don Juan"  

    de Molière, par le Footsbarn Travelling Théâtre

  • "L'arbre à palabres"  

    cabaret africain, par le Footsbarn Travelling Théâtre

  • "Trafic d'ébène, couleur vaudou"  

    à l’occasion du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage, avec la collaboration artistique de Frank Tenaille

  • "Porteurs d'eau"  

    par le Théâtre Taliipot (Ile de la Réunion)

  • "Le péristyle des nuits"  

    Opéra chorégraphique vaudou d’Erol Joué, mise en scène Luc Saint-Eloi (Haïti)

  • "La nuit de la liberté"  

    avec Suzana Baca : la Diva du Pérou noir, Ti Coca et l’orchestre de contredanses (vaudou), Madame Nerval (Haïti), Chants et danses Raras, Capoeira (Brésil)

  • "L'histoire du soldat"  

    de Ferdinand Ramuz et Igor Stravinski, mise en scène Charlotte Foissey, par la Compagnie des Enfants perdus

  • "Médée"  

    de Sénèque, mise en scène Jean-Yves Lazennec, par la Compagnie Théâtre Mains d’Œuvre

  • "Douze hommes en colère"  

    de Réginald Rose, avec Michel Leeb

  • "Casimir et Caroline"  

    d’Odön Von Horvath, mise en scène Jean-Marc Bourg et Jacques Allaire

  • "Monochromes"  

    texte et mise en scène Alain Béhar

  • "Claude Marti : au-delà des Sierras"  

    avec Claude Marti, Gérard Pansanel

  • "Promenade intérieure"  

    texte Henri Michaux, mise en scène et avec Nicolas Serreau

  • "L'usage de la vie"  

    de Christine Angot, avec Elizabeth Macocco et Jean-Marc Avocat

  • "NAVRASA"  

    mise en scène Daniel Bedos et Rahul Vohra (Inde)

    12 000 spectateurs à Montpellier

    « Rasa » évoque le mystère et la complexité des relations nées de la rencontre entre l’artiste et le public ; Navrasa, neuf émotions, des sensations pour éveiller la conscience. Navrasa rassemble 12 petites formes artistiques, chacune d’elle renvoie à une ou plusieurs émotions, un spectacle dont la tonalité sera la bonne humeur, l’émerveillement, la rencontre avec l’Inde des rives du Gange comme celle de Benares ou du désert du Thar.

    Les enfants chanteurs de Kahyal : Des voix d’une pureté rare chantent le kahyal, un style classique de musique vocale de l’Inde du Nord.
    Kalaripayattu : Le kalaripayat est l’ancien système de culture physique et d’art martiaux du Kerala.
    Goléwala (jongleur) : le goléwala jongle avec des boules de cuivre, symbolisant les mouvements des planètes dans le cosmos. Il joue beaucoup avec le public en créant des comiques de situations.
    Kathputliwala (marionnettiste) : Les Baths sont les descendants des premiers marionnettistes. Ils présentent un aperçu de la vie à la cour du Roi Rajput au 17ème siècle.
    Burrakatha : conteurs traditionnels du Sud de l’Inde, ils racontent les moments des grandes épopées Mahabharatha et Ramayana.
    Bansrani (acrobates voltigeurs) : C’est sur un portique de bambou d’aspect fragile que les acrobates évoluent, réalisant des figures difficiles, notamment le nombril sur la pointe d’un bambou à 12 m de hauteur, l’acrobate accomplit des pirouettes périlleuses.
    Behurupias (l’homme singe) : Autrefois imposteur et maître du déguisement, l’homme singe servait d’espion au roi. De nos jours, il est très souvent invité dans les soirées pour divertir et jouer avec les spectateurs.
    Danseuses de Tehrataali : ou les 13 rythmes, présentés par des femmes de la communauté des Kamads. Dansant à genoux, le sabre dans la bouche, elles jouent des cymbalettes et chantent les louanges de héros.
    Les danseurs de Bharathanatyam : le Bharathanatyam était autrefois une danse classique du sud de l’Inde exécutée par des danseuses sacrées, attachées au temple. Les règles exigent la symétrie parfaite du corps, une grande maîtrise et précision dans les mouvements des mains, des orteils, des yeux, des déplacements. Tout est grâce et harmonie.