Le Terabak de Kyiv
Cirque ? Music-hall ? Comédie musicale ? Concert rock ? Récital slave ?


Tout cela à la fois et bien plus encore. Terabak de Kyiv -verlan ukrainien- est un OSNI, un objet de spectacle non identifié comme le Printemps les a toujours aimés. Stéphane Ricordel, ancien des Arts Sauts, cette troupe dont on suivait les évolutions célestes depuis une chaise longue, a mêlé des ingrédients disparates avec une jubilatoire efficacité. Du cirque avec des acrobaties sans limites, du rock avec des stridences électriques, des sonorités slaves avec son groupe de chanteuses au look gothique, de l’humour surtout, beaucoup d’humour avec les extravagantes manipulations du magicien M. Loyal, Yann Frish. Ce spectacle joyeux, fourre-tout, burlesque et poétique à la fois, emporte tout : les mélancolies, les coups de déprime passagère, les chicanes du quotidien… Il n’est pas interdit de le voir deux fois en cas de déprime persistante.
Les 1, 2, 3 et 4 juin à 22 h, Amphithéâtre d'O


Quels cirques !

Ne cherchez pas : il n’y a pas un chapiteau à l’horizon dans les lignes qui vont suivre. Du cirque oui, de la performance acrobatique, fildefériste, jongleuse, chorégraphiée, tant qu’on en veut mais des chapiteaux avec piste ronde, musique et « entrez, entrez ! » de M. Loyal, rien. C’est pour le Printemps des Comédiens une façon de rendre hommage au plus beau lieu scénique dont il dispose : le parc du Domaine d’O. Heureuses familles adeptes des spectacles de 18 heures, elles qui profitent des écrins de cyprès, de rosiers et de pins où se nichent les artistes des premières parties de soirée !


Cette année même Balthazar a décidé de jeter sa gourme par-dessus son traditionnel chapiteau et de partir à l’aventure dans le parc. Voilà donc une des meilleures écoles de cirque de France, celle de Montpellier, lâchée au gré des envies et des talents de ses jeunes artistes. Cirkulations libres, se nomme leur spectacle : avec un K. Comme est un cas, cette école qui, depuis tant d’années, offre au festival un spectacle à l’enthousiasme communicatif.
Les 6, 7, 9, 10 et 11 juin à 19 h, Bassin
Fiche spectacle



Un œil vers le ciel, l’autre vers la terre : un regard pour Pierre Déaux, là haut sur son fil, un autre pour le danseur-acrobate Jean-Baptiste André sur ses cubes amoncelés. Funambule, Floe.. . Spectacle à deux têtes, à deux conceptions de l’équilibre, à deux défis aux lois de la terre qui veut constamment les aspirer à elle. Là haut, Pierre Déaux semble, pendant la demi-heure qu’il passe sur son fil, lui faire un perpétuel et joyeux pied de nez.
Jean-Baptiste André n’est pas en reste qui, cramponné à ses faux cubes de glace, glisse, disparait, reparait, tangue, danse… Double magie.
Les 2, 3 et 4 juin à 18 h, Sud
Fiche spectacle

Fall fell fallen enfin… On peut convoquer tous les verbes irréguliers anglais que l’on veut : Sébastien Le Guen ne tombe pas. Dieu sait qu’il pourrait pourtant : un très long, très étroit podium, des morceaux de bois dont on ne sait s’ils sont autant de pièges ou autant de soutiens, des allers dont on est sûrs qu’ils seront sans retours… Même le tapis sonore que Jérôme Hoffman glisse sous les pieds de son partenaire, semble en perpétuel déséquilibre. Ah quelle poésie peut naître de quelques bouts de bois, de beaucoup de virtuosité et d’une musique espiègle qui souligne chaque geste !
Les 15, 16 et 17 juin à 18 h, Bassin
Fiche spectacle




Facebook